March 23, 2005

Paroles d'Aoki-sensei pour les anciens

(I received this French translation of a letter Aoki-sensei sent to Pierre - I assume Mieko did the honors - concerning a new keiko he was designing for Shintaido "seniors." If somebody would like to translate it into English, feel free - it's now in the public domain. Of course, I could do the honors, mais je n'en ai pas envie pour l'instant.)

Nous avons eu avec constance par le mouvement du corps l'expérience de sensations que la plupart des gens n'ont jamais pu connaître. C'est une bonne chose. Ce qui est dommage, c'est que notre corps a été blessé et usé par les nombreuses années de pratique de Shintaïdo. La jeunesse de nos corps est un souvenir lointain. Je réfléchis depuis toujours au développement d'un Shintaïdo qui n'abîmerait pas le corps. Il y a plusieurs années, je suis allé dans un grand hôpital où j'ai été étonné d'y rencontrer tant de patients qui avaient abîmés hanches et genoux sans avoir fait de Shintaïdo, c'est à dire sans avoir fait quelque chose qui endommage le corps humain.

J'ai pensé à ce moment-là que je devrais développer un keiko qui permette aux personnes de cette condition de continuer à pratiquer jusqu'à la fin de leur vie. C'est à dire qu'ils aient une pratique qui ne demande pas beaucoup de mouvement du corps, facile, qui purifie le coeur, améliore la spiritualité, approfondisse la pensée et tourne l'esprit vers l'extérieur. En même temps, afin d'empêcher le vieillissement du cerceau, il devait s'agir d'une pratique qui demande de la réflexion et de la créativité. Chaque constituant de la pratique ne devait pas demander de réunir trop de conditions – par exemple pouvoir se commencer et se finir à n'importe quelle moment. Et bien entendu cette pratique ne doit pas laisser trop fatigué.

Posted by mandragore at 07:33 PM | Comments (1)

Readings

From "An End to Suffering" by Pankaj Mishra:

According to the Buddha "the states achieved by meditation, no matter how deep, were temporary, 'comfortable abidings,' as he put it, 'in the here and now'. One emerged from them, even after a long session, essentially unchanged. Concentration and endurance were important means, but without a corresponding moral and intellectual development, they by themselves did not end suffering."

Suppose we substitute "keiko" for "meditation," is this also true of Shintaido?

(This is like an essay question on an SAT test - no, not really - but please feel free to post your thoughts.)

Posted by mandragore at 07:19 PM | Comments (14)